NIOUZES

"Deep Dante", parution dans "Ridondante. L'Oplepo per il Sommo"

A l'occasion des 700 ans de la mort de Dante, avec les ami·es de l'Oplepo (Opificio di Letteratura Potenziale), on a fait un numéro spécial de la Biblioteca Oplepiana dans lequel sont rassemblés 19 contributions, lectures originales ou réinterprétations du Sommo poeta, ce monument de la littérature italienne qui m'est aussi compagnon intime... Pour faire chuter mon idole et la confronter à la poésie des machines, j'ai fait passer un de ses vers dans un traducteur automatique et ça a donné un "ready-made traductif". Ce vers magnifique de l'Enfer : "E caddi, come corpo morto cade", traduit comme jamais...

En savoir plus

Performance au festival Poet·e·s·s·e·s - Qu'est-ce qu'une femme* poète ?

Il se passe malgré la pandémie des choses super en ce moment : le festival Poet·e·s·s·e·s en fait partie. Résidence poétique, colloque, soirées... ses formes sont nombreuses et enthousiasmantes. Et hautement féministes ! J'ai le grand plaisir d'y participer par une performance poétique lors de la soirée de clôture du Festival, à la Maison de la Poésie - Scène littéraire, le 12 mai à partir de 20h, en l'excellente compagnie de Mia Brion, Kiyémis et Caroline Bergvall.

Evénement retransmis en direct sur la chaîne Youtube de la Maison de la poésie.

Le site du festival avec le détail du programme : https://poetesses.hypotheses.org/

Affiche festival Poetesses

Parution : Cent quatrains érotiques, Patrizia Valduga

Le 14 mai paraît ma traduction avec Paolo Bellomo des sublimes quatrains érotiques de la poétesse italienne contemporaine, Patrizia Valduga, aux Éditions Nous.

4e de couv. : "Dans ces Cent quatrains érotiques, Patrizia Valduga réactive la puissance de la forme quatrain et rend un hommage très personnel - même lorsqu'elle la renverse - à l'histoire de la poésie amoureuse. Le théâtre érotique d'une femme s'y exprime dans toute sa crudité, sa force et ses nuances : quatre cent vers et une seule et longue nuit d'amour où une femme et un homme font se rencontrer leurs corps, leurs mots, leurs esprits. Deux voix distinctes prennent la parole : elles se courent après, monologuent ou se répondent d'un vers à l'autre, d'un poème à l'autre. Tantôt triviale, tantôt imprégnée de lyrisme, la poésie vibrante de Patrizia Valduga nous entraîne dans un monde fait de désir, de tyrannie, de jeu, de sexe et de tendresse."

Explorer Internet Exploreur

Février 2021 : Internet Exploreur (notez bien le "u" dans la terminaison du mot, qui le distingue du célèbre navigateur) est un site aux principes simples, intelligents et efficaces : que des inédits, que sur invitation par des membres du site, une typo qui s'adapte à votre navigateur, un archivage sur Github...

Une liberté maximale, et une seule contrainte : n'y figurera que du texte. Pas si simple pour moi qui multimédie à longueur de journée! J'ai été invitée par l'artiste numérique et performeuse Annie Abrahams à y participer. J'y partage un texte qui m'est cher, "I Walk", et qui raconte comment, quand j'ai perdu la marche, j'ai (re)trouvé la poésie.

Pubblicazione ! "Homo translatens", in Zoologia fantastica (Oplepo)

Juin 2020 : je suis cooptée à l'Oplepo (Opificio di Letteratura Potenziale), le "cousin" italien de l'Oulipo, né à Capri en 1990. Un très bel honneur pour moi.

Janvier 2021 : je reçois par courrier le Quaderno dell'Oplepo #10 (Zoologia fantastica), où figure ma première contribution oplepienne, en italien du coup, quelle joie ! Une étude ôôtement scientifaïïk de l'"homo translatens", nouvelle espèce d'"homo sapiens" pleine de tics, névroses, manies traductives... qui méritait une approche ôôôtement naturaliste. Au menu: le "translator errans", le "translator seriensis", le "translator experimentalis", la "translatrix foeministis", le "translator perfectionistix"... Un elenco da proseguire !

I walk : du slam à la musique électronique

Octobre 2020. La compositrice Didem Coskunseven m'écrit pour pour me demander si elle peut utiliser mon slam "I walk" pour une création dans le cadre de son cursus à l'IRCAM. J'ai répondu : "À FOND !", bien sûr. J'étais très curieuse de savoir comment ce poème en anglais allait être transformé par quelqu'un qui fait de la musique électronique. Je lui ai envoyé un fichier de ma voix le lisant et j'ai attendu. Le résultat, surprenant à souhait, m'a plu aussitôt. À écouter au casque, surtout !

"Immobilités" déconfinées...

Avril 2020 : France musique rediffuse cette semaine (entre le 20 et le 26) cette création à laquelle j'ai participé, et qui semble particulièrement d'actualité en cette période de confinement! Ce sont des poèmes pour la pièce du compositeur grec Nicolas Tzortzis "Immobilités, une commande de Radio France pour l'émission d'Anne Montaron "Création mondiale" sur France Musique (première diffusion du 28/10/2019 au 3/11/2019). La pièce, pour voix, hautbois, basson, harpe, percussions et contrebasse, est jouée par l'ensemble contemporain tm+ sous la direction de Laurent Cuniot et chantée par la soprano Muriel Ferraro. Les poèmes y explorent différents types d'immobilité: sociale, physique, heureuse, combattive...

Parution: archives sonores de la poésie et la performance "À nous!"

Novembre 2016 : a lieu à Paris le colloque "Les archives sonores de la poésie - Production, conservation, utilisation" (voir le programme complet ici) organisé par Abigail Lang (Paris-Diderot), Michel Murat (Paris-Sorbonne), et Céline Pardo (Paris-Sorbonne). Inspirée par ces trois angles qui me passionnent (poésie, archive, sonore), j'y ai fait une proposition de performance en recherche-création : une création sonore faite en direct, qui proposerait un retour instantané sur le colloqueà partir des mots-mêmes prononcés ou diffusés pendant la première journée - une pièce "née archive".

Décembre 2019 : Les actes du colloque viennent de paraître dans un très beau livre aux Presses du réel. J'y publie ma note d'intention pour accompagner la pièce sonore qui a résulté de cette performance.

En ce beau-ment : Poèmes-story

Décembre 2019. Le détournement d'interfaces numériques : une de mes anciennes antiennes. Dernièrement, ça prend la forme du "poème-story", qui défile ou fait défiler le texte, et qui exploite les possibilités visuelles, plutôt typographiques et plus ou moins kitsch, d'Instagram 🙂 L'un de ces poèmes-story vient de paraître dans ZeTMaG (n°5.2). ZET pour Zones d'expressions temporaires : un organisme artistique collectif en ligne, ouvert et non-commercial, dédié à la création expérimentale et fonctionnant "pendant une durée spécifique ou aléatoire". Le numéro actuel,"Trash/Crash" va disparaître dans 6 mois... Le thème en a inspiré mon poème-story #2, exceptionnellement sorti de son format Insta pour flirter avec les navigateurs web.

Les Outranspiens (par Delphine Presles)

Sinon, souvent, j'outranspote

J'ai co-fondé l'Outranspo avec des copains en 2012. L'activité du groupe occupe actuellement une grande partie de mon temps, entre les réunions sur Hangout, les ateliers, lectures, performances et autres fêtes babéliennes... Plus d'info sur notre site web et nos actus sur notre page face de bouc.

En bref? L’Ouvroir de translation potencial est un groupe de traducteurs, écrivains, chercheurs et musiciens hétéroclite et multilingue, qui se consacre joyeusement aux approches créatives de la traduction, notamment lors de réunions mensuelles et virtuelles. Fondé en 2012 aux États-Unis, dans le sillage de l’Oulipo, et véritablement actif depuis octobre 2014 et le colloque « Traduire les littératures à contrainte » de Baltimore, « A’ no Proust ! » est son cri de guerre, ou, selon les régions du monde, « No a Proust ! ».